Travailler moins travailler mieux : éloge de l’oisiveté !

Blog ReferenSEO
anti burnout

La question « Travailler moins est-ce vivre mieux ? » avait été posée en sujet de philosophie à des bacheliers en juin 2016. Sujet important pour définir son rapport au travail et sa vision de la réussite sociale.

Avec un business en ligne, nous faisons le choix d’être indépendant pour gagner une liberté précieuse. Mais devons-nous pour autant travailler plus ? L’idéal serait de créer une entreprise au service de notre vie plutôt que l’inverse. Comment ne plus être un entrepreneur surmené ? Peut-on travailler moins et travailler mieux ? Comment développer son bien-être et sa créativité au travail tout en gagnant en efficacité et en augmentant son chiffre d’affaire ?

Voici quelques pistes étonnantes et à contre-courant.

Travailler moins pour travailler mieux !

Pour travailler mieux, il faut travailler moins ! Difficile à entendre et à croire non ?
Arrêtons de vouloir être des machines et cela prendra du sens.

Pour travailler mieux, accordons au repos une vraie place. Ces pauses doivent constituer de réels moments de bien-être et des temps de réflexion afin de :

  • préserver sa santé mentale et physique ;
  • prendre du temps pour soi et laisser venir à nous les idées ;
  • revenir à l’essentiel et savoir ce qu’on veut vraiment ;
  • trouver du sens à sa vie ;

Pour cela, il s’agit de :

  • gérer son temps et l’optimiser ;
  • apprendre à dire non ;
  • se questionner sur ses méthodes d’organisation ;
  • se former pour progresser ;
  • accepter de déléguer ;
  • accepter d’être imparfait !

Alors pourquoi ne pas assumer son droit à la liberté et changer de boulot pour devenir rédacteur web SEO référenceur par exemple. 😉
Ma formation Rédacteurs +++ t’amène d’ailleurs vers cela.

Travailler moins : aller à l’encontre des avis de la société

Tu connais les injonctions paradoxales ? Ce sont des commandements que tu as dans ta tête, plus ou moins consciemment et qui te dictent ta conduite. Ces ordres sournois issus de la société et de ton éducation te privent parfois de ta liberté.
Exemples :

  • il faut travailler dur pour y arriver ;
  • ça ne le fait pas de partir à l’heure du travail ;
  • le travail c’est la santé ;
  • il ne faut pas compter ses heures (ce qui cache un besoin de reconnaissance vis-à-vis du boss !).

Mais en blogging, c’est qui le patron ?

Chez Microsoft Japon, la semaine de 4 jours a été mise en place : elle a boosté la productivité des employés (+ 40 %) et a fait faire des économies de papier et d’électricité à l’entreprise !

Travailler moins c’est aussi dépenser moins : repas du midi, essence, crèches, nounou, impôts. Cela se calcule !

Et si ralentir était la clé pour être plus productif et plus heureux ?

Mais attention, ne mélangons pas tout, je ne suis pas en train de vous dire de suivre les voies rapides semblant conduire trop facilement au succès : il n’y a pas de secret, il faut travailler (mais intelligemment) pour y arriver, j’en parle dans cette vidéo :

Le slow work et la sobriété heureuse

Ainsi, changer de vie et gagner moins, n’est-ce pas la clé du bonheur ? Oui je sais, cela semble facile à dire et un peu « irresponsable » de nos jours. Mais « nos jours », sont-ils ceux que nous avons vraiment choisis ?

Le slow working, c’est un autre nom pour définir un rythme de travail plus adapté à une vie quotidienne sereine.

J’aime bien questionner notre rapport à la société de consommation. A-t-on besoin de tout ce qu’on nous propose ? Je partage aussi l’idée de vivre de manière équilibrée, de manière sobre et heureuse comme le suggère Pierre Rabhi.
Se détacher de la soif de possession, possible pour toi ?
Choisir la sobriété heureuse ! Perdre du temps pour en gagner, voilà une option courageuse à l’heure du bling bling tapageur et forcé !

Augmenter le plaisir de travailler en travaillant moins

La seule façon de faire du bon boulot, c’est d’aimer ce que vous faites
Steve Jobs

Pas tout à fait d’accord avec Steve Jobs, même si le plaisir au travail est une base essentielle de productivité. Mais si je suis surmené, ce plaisir se dissipe, et le stress prend le pas.

La plupart pense qu’il faut travailler dur pour progresser ou travailler beaucoup pour gagner beaucoup. Aujourd’hui, je veux aller à contre-courant. Je veux nager dans le bassin olympique du canoë kayak, pour faire coucou aux athlètes qui descendent trop vite !

Pour moi, la meilleure façon de bien faire son job, c’est de ne pas faire que ça !

Pour faire du bon travail et y prendre du plaisir, il faut avoir de l’énergie physique et mentale. Ainsi Le travail c’est la santé… à condition de trouver un équilibre, une harmonie et de se ménager des temps de récupération, et des temps de loisir et de décontraction.

C’est un peu comme dans le domaine sportif. Tu te rappelles de mon article sur la stratégie et la technique ? Une saison réussie sans blessure en sport, c’est un planning d’entraînement qui prévoie des phases d’actions tout autant que des phases de repos et de plaisir.  Si tu veux progresser en cross fit, inutile d’enchaîner les séances difficiles au risque de finir cloué au lit avec deux jambes cassées !

Transposé à entrepreneuriat en ligne, c’est une stratégie qui te fait augmenter ton chiffre d’affaire sans t’épuiser.

Le but n’est-il pas plutôt de retrouver du plaisir au travail pour ne pas le subir ?
Ainsi donc, si le travail n’est plus une obsession et s’il n’alimente plus de peurs et de malaise, il peut redevenir une réelle joie, voire un moteur d’épanouissement. Et si tu lis cet article, c’est ce que tu recherches, et je suis là pour t’y aider !

Oui, je pense qu’il faut travailler moins pour être heureux. Ceci te dégage du temps pour oxygéner ton cerveau et ton corps !
Des spécialistes sont d’accord avec moi !

L’art d’être improductif selon Tony Crabbe

« Travailler c’est trop dur et voler c’est pas beau… » Tu connais la chanson ? Vivre paisiblement, de musique, en se déplaçant à cheval ! 😊. Sans prôner le retour en arrière, être volontairement improductif (ne rien faire pour le travail disons) limite parfois le surmenage de la productivité à outrance.

Tony Crabbe est psychologue du travail britannique. Il nous parle de l’art d’être improductif dans l’article du magazine psychologie positive n°24 de mars avril 2019 (extraits ici)

Il affirme que la productivité humaine est limitée. Il faut le reconnaître, l’automatisation dans certaines entreprises permet d’augmenter les rendements et faire baisser les coups de manière énorme (l’Agence Associated Press par exemple). Les machines sont meilleures que les hommes pour l’efficacité et la répétition !

Mais si nous arrêtions de parler de rendement, productivité et vitesse ? Et si nous accordions de la valeur à des choses plus profondes et utiles : notre bien-être par exemple !

Sans repos et sans inactivité, la perspicacité et la sagesse sont hors de portée.
Tony Crabbe

Voici ce qu’il nous propose pour faire moins et vivre plus.

Définir ses vraies valeurs

Demande-toi :
Qu’est-ce qui a vraiment de la valeur pour moi ?
Qu’est-ce que je peux faire pour donner plus d’importance à mes 3 principales valeurs ?

Planifier ses pauses

Tony Crabbe te propose de faire comme Charles Darwin (théoricien de l’évolution) qui partait toujours en balade pendant ses pauses (pauses d’ailleurs qu’il ne rataient pour aucun prétexte !). Des études montrent que les pauses planifiées sont très bonnes pour booster sa créativité.

Prendre des pauses rend plus vif d’esprit, plus concentré et plus impliqué. Une promenade renforce cet effet.
Tony Crabbe

Ne rien faire : accepter l’oisiveté

Se détendre dans un hammac
Si tu connais ton rythme idéal de travail, que tu as étudié ton chronotype, alors choisis les moments de la journée où tu es le moins productif et attribue la fonction suivante à ces minutes : ne rien faire ! Mais surtout, ne te laisse pas distraire par des activités extérieures (vidéo, radio, infos, réseaux, etc.). Passe ce moment à observer tes pensées et rien que tes pensées.

Cela peut te paraître inconfortable (c’est un des principes de la méditation de pleine conscience). Pour t’aider, tu peux utiliser un « coup de pouce »

Petite histoire de créativité apprise

Tony Crabbe a trouvé son coup de pouce :  c’est un thermos rempli de thé. Avant d’avoir trouvé cet objet, son rituel d’oisiveté consistait à monter en haut d’une colline, à regarder le paysage et à redescendre. Mais se rendant compte qu’il n’était pas assez attentif au paysage et à ses pensées, il a décidé d’amener sa boisson chaude avec lui et de la savourer en altitude une fois assis en contemplation. Il est ainsi parvenu à apprécier de plus en plus ce moment et a du mal à s’en passer désormais. Il y a vu défiler des idées créatives parmi les plus importantes de sa vie !

Autres conseils

Ses autres préconisations pour recharger les batteries sont de laisser plus de place au jeu dans le quotidien et d’accueillir l’imperfection avec douceur.

Développe donc une bienveillance envers toi-même, cela t’évitera l’auto flagellation qui coupe l’énergie créative et la motivation !

Développe aussi d’autres compétences et pratique des activités de loisir pour retrouver tes yeux et ton sourire d’enfant !
De mon côté, je te conseille vivement de développer ton attention et ta gratitude aux petits plaisirs du quotidien également. Être pleinement présent à ce que l’on fait, avec énergie et enthousiasme aide à redéfinir notre plaisir au travail. La méditation de pleine conscience est une merveille pour t’aider à orienter ton attention !

Prenez consciemment du temps pour ne rien faire : ce sont dans ces moments que les meilleures idées apparaissent
Tony Crabbe

Peut-on Travailler moins et gagner plus ? Mon avis

Quand récemment j’ai décidé de dire non à des prestations de référencement chronophages et pas complètement épanouissantes, j’ai cru que j’allais perdre des revenus. C’était faux. Je les ai retrouvés par la suite : en effet ce temps libéré m’a permis de réaliser d’autres tâches qui me tenaient plus à cœur et pour lesquelles les choses se sont enchaînées naturellement et de manière productive ! Ce qui s’est finalement traduit par davantage d’aide apportée aux entrepreneurs voulant développer leurs business (la barre des 180 personnes aidées dans mes formations en ligne a été franchie). Je trouve cela génial de pouvoir vraiment contribuer sans se perdre soit même !

Être le gars qui court toute la journée avec des dossiers à la main donne l’impression à tout le monde qu’il travaille beaucoup.
Je n’ai jamais essayé de donner cette impression personnellement, mais pour autant, ça m’est arrivé de courir partout et d’être vraiment débordé : c’est fatiguant !

Aujourd’hui, dès que je vois que je suis trop débordé, je pars du principe que c’est seulement une question d’organisation, et que j’en suis responsable.
Je me demande alors si ce que je fais est productif, je fais une todo list, et je vois ce qui est réellement urgent et important (c’est le principe de la matrice d’Eisenhower), ce que je peux déléguer, ce que je dois impérativement avoir fini pour la fin de la journée, ou la fin de la semaine.

Matrice d’Eisenhower

Matrice d’Eisenhower

Je pense que faire cela me permet de travailler mieux et de ne plus jamais être l’homme qui court partout en étant réellement débordé.
Mon objectif n’est pas spécialement de travailler moins (car je travaille déjà au rythme qui me convient), mais vraiment de travailler mieux.

Tout est possible à qui rêve, ose, travaille et n’abandonne jamais
Xavier Dolan

Petite slow conclusion

Le « travailler moins » finalement, c’est une manière de travailler mieux. C’est assez personnel. C’est l’étape indispensable qui te permet de trouver ton propre rythme, sans stress négatif.
C’est un mélange d’activité et de repos. À toi d’en définir le rythme. Un peu comme pour une séance de course à pied en fractionné (30/30, 15/30, 200 m à 80% etc.)
Mais attention n’oublie pas : les commandements culturels qui disent qu’il faut souffrir pour être beau ou pour aller au paradis…refuse-les ! NON !
Sois indépendant !

Si tu souhaites travailler moins pour lire plus, voici deux livres à consulter tranquillement :

Plus jamais débordé, de Tony Crabbe et Eloge de la lenteur, de Carl Honoré.

N’hésite pas à partager librement ton avis sur la question du travailler mieux. Comment t’y prends-tu pour alléger ton esprit et gagner en efficacité ?

Si tu souhaites devenir un blogueur ou un entrepreneur productif et épanoui contacte-moi. 🙂

Si cet article vous a plu, partagez-le !

Un commentaire sur “Travailler moins travailler mieux : éloge de l’oisiveté !”

  1. Hello Matthieu !

    Ce qui est génial c’est de voir qu’un bon nombre des conseils que tu donnes ici sont transposables à d’autres domaines :
    “gérer son temps et l’optimiser ;
    apprendre à dire non ;
    se questionner sur ses méthodes d’organisation ;
    se former pour progresser ;
    accepter de déléguer ;
    accepter d’être imparfait !”
    Je défends les mêmes choses sur mon blog qui s’adresse aux Parents !

    Et mon message est le suivant : passer moins de temps avec ses enfants (pour s’autoriser aussi des pauses) mais privilégier du temps qualitatif (quand on a pris du temps pour soi, on est a priori mieux dans ses baskets, et donc plus disponible, plus zen et plus heureux en famille 🙂 Tiens tiens, ça ressemblerait pas étrangement à ton titre ?! 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Multiplie le trafic gratuit de ton blog par 10

→ Je Télécharge Mon Guide
ReferenSEO Matthieu Verne