TJM en freelance : comment fixer son taux journalier moyen ?

Blog ReferenSEO
signe dollar avec le titre taux journalier comment le fixer ?

En tant que freelance, vous avez le droit (et même l’obligation) de fixer vous-même vos tarifs. Pour ce faire, vous pouvez facturer votre client à la mission, au forfait, selon un abonnement… Mais toujours en fonction d’une grille tarifaire définie.

Quels tarifs pratiquer ?
En réalité, il n’y a pas de bonne réponse à cette question. Les tarifs parfaits dépendent de votre situation professionnelle, et des frais que vous devez supporter.

Pour définir une grille tarifaire adaptée à vos services, il faut passer par une étape : le calcul de votre taux journalier moyen. Focus sur cette notion essentielle pour tous les freelances !

taux journalier moyen

Qu’est-ce que le taux journalier moyen ?

Le TJM est votre salaire journalier moyen, hors taxe. Autrement dit : en moyenne, ce que vous touchez en une journée après avoir payé vos taxes et cotisations sociales.

Le taux journalier moyen est un concept essentiel pour tous les freelances et travailleurs indépendants. Tout simplement parce qu’il vous permet d’assurer la pérennité de votre entreprise. Le TJM, c’est le salaire journalier en-dessous duquel vous n’acceptez pas de travailler.

Il se calcule en prenant plusieurs facteurs en compte. Ces facteurs concernent votre situation professionnelle, mais également les dépenses fixes auxquelles vous devez faire face. Sans oublier les éventuelles périodes de baisse d’activité, pendant lesquelles vous devez quand même vous assurer une rentrée d’argent.

Si vous êtes dans une société de portage salarial, vous n’avez pas à vous soucier du TJM. Mais si ce n’est pas votre cas, prenez le temps de le calculer ! C’est la seule façon pour fixer vos tarifs, et rentrer dans vos frais avec chaque mission que vous acceptez.

 

Comment calculer votre TJM ?

Le calcul du TJM est une question technique, qui implique de prendre de nombreux éléments en compte. Alors si vous souhaitez faire ce calcul, il est l’heure de sortir une feuille et un stylo : c’est parti pour définir votre TJM !

En fonction de votre marché

La première chose à prendre en compte, c’est la fourchette de prix qui est pratiquée sur le marché dans lequel vous travaillez. Par exemple, vous n’allez pas pratiquer les mêmes tarifs en tant que community manager et en tant que consultant SEO.

Vous pouvez donc commencer par regarder ce qui se passe chez les concurrents, ou sur les plateformes de freelance. Observez les prix qui sont pratiqués, pour les services qui sont proposés.

Cela vous aide à vous faire une idée précise de ce que proposent les autres professionnels de votre secteur. Et donc, ce que les clients sont prêts à accepter.

C’est une étape importante, qui vous permet de proposer un prix ni trop haut, ni trop bas. En effet, un prix trop élevé risque de faire fuir les clients. Un prix trop bas risque de vous ruiner lentement, mais sûrement.

calculer taux journalier moyen
En fonction de vos qualifications

Le deuxième facteur à prendre en compte, c’est vous.

Quelles sont vos qualifications ?
Quelles sont vos compétences ?
Avez-vous des diplômes dans votre secteur d’activité ?

Ce sont des questions que vous devez prendre en compte afin de prendre conscience de la valeur de votre travail sur le marché concerné. Et ce n’est pas le moment de faire preuve de fausse modestie : de vos qualifications dépendent votre salaire journalier.

Prenez donc conscience de votre expertise, et de ce que vous savez faire et que vous proposez aux clients. Veillez également à considérer la plus-value que vous apportez à vos futurs clients.

Vous pouvez également prendre en compte votre ancienneté dans ce domaine d’activité. Par exemple :

  • Si vous avez moins de 2 ans d’expérience, vous êtes considéré comme professionnel junior
  • Avec entre 2 et 5 ans d’expérience, vous êtes confirmé
  • Entre 5 et 10 ans d’expérience, vous passez au stade de sénior
  • Au-delà de 10 ans d’expérience, vous devez expert

De la même manière dans le monde du salariat, un professionnel sénior sera mieux payé qu’un professionnel junior. Simplement parce qu’il a plus de pratique, et donc plus d’expérience et d’expertise dans le domaine.

En fonction de la mission

Le taux journalier moyen se rapporte à ce que vous devez gagner net par jour, au minimum. Mais ce n’est pas forcément un taux fixe : il peut changer au gré des missions.

Par exemple, imaginons qu’un client vienne vous voir avec une mission très simple, pendant un moment de baisse d’activité. La baisse est saisonnière ou sectorielle, mais elle est bien présente : vous ne parvenez pas à atteindre votre TJM depuis quelques jours.

Ce client vient donc vous voir avec une mission que vous pouvez faire en peu de temps, et qui ne nécessite que peu de votre expertise. Si cette mission ne prend pas beaucoup de temps et est très simple à réaliser, vous ne pouvez pas forcément proposer un prix aligné avec votre TJM.

Surtout en période de baisse d’activité : parfois, il faut revoir les tarifs à la baisse pour pouvoir gonfler votre chiffre d’affaires. Alors forcément, je ne vous conseille pas de brader vos prix : si vous avez le choix, alignez-vous sur votre TJM.

Mais parfois, la réalité de freelance est différente. Et une mission, même moins payée que votre TJM, vaut mieux que pas de mission si vos journées sont déjà plutôt vides en ce moment.

En fonction de vos frais et dépenses

Enfin, le dernier facteur et pas des moindres : vos frais et vos dépenses. Alors forcément, je ne vous parle pas des dépenses pour vous acheter des vêtements ou pour sortir manger au restaurant.

Je vous parle plutôt des frais fixes, qui sont liés directement à la pratique de votre activité. Ça peut être par exemple le prix d’abonnement à vos logiciels d’analyse du site internet, ou des logiciels qui vous permettent d’exercer votre métier.
Ou encore le paiement de votre local commercial.

Ce sont des dépenses fixes, qui reviennent chaque mois ou chaque trimestre, et que vous devez prendre en compte dans le calcul de votre TJM. En effet, ce sont des dépenses qui vous permettent d’exercer, et qui sont donc dans l’intérêt direct du client. Il est donc normal que vos prix englobent ces frais-là.

De la même manière, je vous conseille de prévoir une petite “marge d’erreur”. Si vous êtes freelance depuis quelques temps déjà, vous avez peut-être constaté que par moments, on subit des baisses d’activité.

Par exemple, pendant les vacances d’été : les clients sont en vacances ou travaillent en horaires réduits et ne s’interrogent pas sur les projets en cours. Ils vous contactent moins, vous avez donc moins de contrats.

Eh bien, votre taux journalier moyen doit également prendre en compte ces baisses de régime. Tout simplement parce que vous devez pouvoir vivre, même si votre secteur connaît une baisse d’activité.

Vous devez pouvoir mettre de côté pour vous sortir un salaire, même lorsqu’il n’y a pas de rentrée d’argent. Au moins pour payer les fameuses dépenses fixes.

L’anticipation est mère de sûreté !

frais fixes tjm

Calculer le bon TJM pour vous : la base de votre réussite

Calculer votre TJM est une étape indispensable, pour tous les freelances. C’est également une question technique, à laquelle il faut bien prendre le temps de répondre. En vous posant les bonnes questions et en prenant les bons facteurs en considération, vous mettez toutes les chances de votre côté pour faire fleurir votre activité.

Parce qu’en plus de vous dégager un salaire, le TJM vous permet également de réinvestir dans votre entreprise. Exactement ce qu’il faut pour vous diriger vers une meilleure version de vous-même !

Si cet article vous a plu, partagez-le !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Multiplie le trafic gratuit de ton site par 10

→ Je Télécharge Mon Guide
ReferenSEO Matthieu Verne